Le livre numérique : enjeux et bénéfices

Partagez le contenu

Le numérique a permis aux Français de diversifier leurs supports de lecture et de révolutionner le secteur de l’impression. Mais quel est l’impact du livre numérique sur le marché du livre ? Comment est né l’Epub ? Quels sont les avantages et les inconvénients du livre numérique ?

La naissance du livre numérique 

Sur Internet, les sites de vente de livres numériques sont aujourd’hui nombreux. On y propose assez souvent les livres sous forme papier, ainsi que leur version électronique.

Le livre numérique, aussi appelé Ebook, est disponible à la vente sous la forme d’un fichier que l’on peut télécharger et garder enregistré. Il peut être lu sur tous types d’écran : ordinateurs, tablettes, téléphones, liseuses… etc.

En 1971, Michel Hart créé le Projet Gutenberg. Son objectif étant de numériser une grande quantité de livres, pour créer des bibliothèques électroniques libres d’accès.

En 1995, Amazon voit le jour et devient le plus grand distributeur de livres numériques dans le monde.

Le lancement de l’ebook se fera essentiellement dans les années 2000. Gemstar Ebook devient la première tablette de lecture numérique. Après plusieurs autres logiciels et tablettes créés par Adobe Flash Player ou bien Sony, ce sont les leaders Google et Amazon qui se lancent dans le marché du livre numérique. Google Books est créé en 2006. Quant à Amazon Kindle, le géant américain, il se lance en 2007 dans la lecture numérique : la tablette Kindle est créée.

L’avantage du numérique réside dans la possibilité d’avoir plusieurs centaines d’ouvrages dans un seul appareil.

Les nouvelles pratiques de lecture

Le Centre National du livre publie tous les deux ans une étude barométrique « Les Français et la lecture ». L’étude porte sur un échantillon de 1 000 personnes âgées de plus de quinze ans et représentant la population française. L’étude a pour objectif de suivre l’évolution des pratiques de lecture des Français, de mieux comprendre les motivations et les freins de ces derniers, et d’identifier ce qui pourrait pousser les Français à lire davantage.

Pour la moitié des Français, la lecture est quotidienne. Elle se pratique aussi bien chez soi qu’à l’extérieur. Les Français sont nombreux à lire dans les lieux publics : 65 % lisent en dehors de leur domicile.

Le nombre d’ouvrages lus au format papier est resté stable, soit une moyenne de 17 livres lus par an. La lecture de livres numériques, quant à elle, observe une nette progression : 23 % des Français lisent des livres numériques (ils étaient 19 % en 2015). En moyenne, trois ouvrages numériques ont été lus en 2021. Le nombre était de 2 en 2015. Par ailleurs, 3 % des Français ne lisent que des ouvrages au format numérique (en 2019, le pourcentage était de seulement 1 %).

Parmi les raisons qui freinent l’achat d’ouvrages en librairie, l’éloignement est le principal obstacle (40 %, contre 51 % en 2019), le manque de disponibilité des livres en rayon (24 % contre 36 % en 2019), la facilité de commande sur Internet.

L’étude barométrique qui paraîtra en 2023 enregistrera probablement une hausse considérable concernant la vente de livres numériques.

Les pratiques culturelles des Français ont évolué et se sont diversifiées grâce aux nouvelles technologies. L’année 2020 et la crise de Covid-19 ont marqué, à coup sûr, un changement important pour le marché du livre.

Les limites du livre numérique

En 2018, le marché du numérique ne représente que 8,42 % du marché du livre en France. Nombre de marques continuent d’innover dans la création de nouvelles liseuses. Certaines sont étanches et anti-lumière bleu, d’autres arborent des couleurs et un design séduisants. Si l’industrie continue de proposer des innovations pour développer le marché du livre numérique, qu’en pensent les Français ?

Selon Michaël Dahan, cofondateur et PDG de la société française Bookeen, la raison pour laquelle le livre numérique a du mal à se faire une place « vient du prix relativement élevé des ouvrages ». Ce dernier, fixé par les éditeurs, est généralement proposé 30 % moins cher que le livre physique. Cette baisse de prix devrait être plus importante, si on observe les coûts de production. En effet, la création d’un ebook ne représente que peu de frais : le papier n’est pas acheté et le livre n’est ni imprimé ni stocké. Si les éditeurs ont préféré imposer des prix conséquents, c’est de peur que le livre papier ne se vende plus autant si sa version numérique est beaucoup moins chère.

Découvrez plus de sujets liés à l’actualité ici.

Crédit image : Pixabay


Partagez le contenu