Comment présenter un dialogue 

Partagez le contenu

Écrire un dialogue peut paraître assez difficile lorsque l’on ne connaît pas les différentes règles de présentation. On peut se poser toutes sortes de questions : comment ponctuer le dialogue ? Comment distinguer les différents personnages ou encore, faut-il insérer des guillemets ?

N’ayez crainte ! Les Éditions Vérone répondent à vos questions à travers cet article, qui vous permettra de savoir comment présenter un échange entre plusieurs personnages !

Donner vie aux personnages d’un roman

Le dialogue met en avant une discussion entre plusieurs personnages. Il leur donne ainsi vie et leur permet de communiquer en les faisant interagir.

De ce fait, ka discussion entre les personnages d’un roman procure au récit une dimension plus vivante et plus animée que la narration et établit un contact avec le lecteur. La lecture devient plus fluide et le lecteur plus centré sur l’histoire.

Le dialogue peut également insister sur un évènement important du récit, tenir en haleine le lecteur et marquer une pause dans la narration qui peut être, parfois, longue et difficile à lire.

Paroles rapportées ou dialogue direct ?

Pour ponctuer un dialogue, il est important de distinguer les paroles rapportées et le dialogue direct des personnages.

  • La parole rapportée : dans un récit, lorsque l’on veut insérer des paroles rapportées, on met deux points suivis de guillemets qui vont encadrer les paroles.
  • Lorsque l’on veut écrire un dialogue direct, on ajoute des verbes de parole avant ou après les dires des personnages, suivis de deux points. On insère ensuite le guillemet ouvrant qui va encadrer le dialogue. Un retour à la ligne suivi d’un tiret cadratin est nécessaire lorsqu’un personnage différent prend la parole et s’exprime. On clôture ensuite le dialogue par le guillemet fermant.
  • On ne peut jamais avoir deux tirets ou un tiret et des guillemets sur la même ligne. Il faut obligatoirement retourner à la ligne pour marquer le changement de parole du personnage. Ainsi, on ne trouvera jamais cette forme :

– « Salut ! s’exclama Nina en entrant dans la chambre. — Que fais-tu ici ? » répondit Sophia d’un air étonné.

  • Les guillemets doivent être placés après toute ponctuation : point, point d’exclamation, d’interrogation…
  • Les guillemets sont de moins en moins utilisés pour les dialogues, il est donc courant de trouver le format dans l’exemple ci-dessous qui indique uniquement le changement de personnages grâce aux tirets cadratins.

– Salut ! s’exclama Nina en entrant dans la chambre.

– Que fais-tu ici ? répondit Sophia d’un air étonné.

– Tu me manquais beaucoup trop, dit-elle avec une certaine tristesse.

  • On peut également trouver les dialogues avec des guillemets, il faudra donc ponctuer le dialogue de cette manière :

La porte s’ouvrit violemment :

« Salut ! s’exclama Nina en entrant dans la chambre.

– Que fais-tu ici ? répondit Sophia d’un air étonné.

– Tu me manquais beaucoup trop », dit-elle avec une certaine tristesse.

  • Si le dialogue est coupé par la narration, il faudra fermer les guillemets et les rouvrir par la suite :

« Salut ! s’exclama Nina en entrant dans la chambre.

– Que fais-tu ici ? » répondit Sophia d’un air étonné.

Nina plongea sur le lit pour se blottir contre sa sœur.

« Tu me manquais beaucoup trop », dit-elle avec une certaine tristesse.

Les verbes de parole

Pour introduire un dialogue, il est nécessaire de faire appel à des verbes de parole.

Ils permettent d’en savoir plus sur la manière dont interagissent les personnages : comment s’expriment-ils ? Sur quel ton ? À qui s’adressent-ils ?

Ces verbes de parole peuvent également nous informer ou nous aider à distinguer les émotions des différents personnages.

  • Les verbes introducteurs :

Sophia demanda à sa sœur : « Que fais-tu ici ? »

Les verbes qui suivent les paroles :

« Que fais-tu ici ? », demanda Sophia à sa sœur

  • L’incise : les verbes qui coupent la parole en deux.

Les incises doivent obligatoirement être encadrées par des virgules. Elles sont utilisées pour donner un certain rythme au dialogue, pour marquer une pause ou pour ralentir un dialogue et exprimer les émotions du personnage. Elles sont à utiliser avec précaution puisque les incises « cassent » le dialogue, il faut donc y avoir recours lorsqu’un effet ou un ton veut être donné au dialogue.

« Que fais-tu ici, demanda Sophia à sa sœur, et pourquoi es-tu si triste ? »

Il est également important de varier les verbes. Ainsi, la lecture sera plus fluide et le texte mieux apprécié.

Adapter le registre de la langue à la situation

Selon les personnages, leur âge ou leur caractère, il faudra choisir un registre de langue adapté à la situation. Un enfant ne pourra pas s’exprimer de la même manière qu’un adulte. De même qu’un adolescent aura un ton et un vocabulaire bien différent de celui de ses parents, par exemple. Il faudra donc accorder le registre en fonction des différents personnages, de leur personnalité et du contexte.

Les yeux de la petite Lily se mirent à briller.

« Dis Maman, tu as vu le joli toutou ?

– Oui, il est très beau ! »

Les dialogues n’ont à présent plus de secrets pour vous !

Pour plus de conseils, n’hésitez pas à consulter l’article 3 conseils pour perfectionner votre écriture sur le blog des Éditions Vérone.

Crédit image : Pixabay


Partagez le contenu