Comment retranscrire des actions dans un roman ?

Partagez le contenu

Les romans sont souvent ponctués d’actions et d’événements divers, qui permettent au lecteur de s’imprégner de l’histoire. Ces actions attisent sa curiosité et mettent ses sens en alerte : il n’est plus question d’arrêter la lecture sans connaître le fin mot de l’histoire ! Mais de quelle manière introduit-on ces scènes d’action ? Comment peut-on apporter un rythme au récit ?

Les Éditions Vérone ont étudié la question afin de vous donner quelques conseils clés, qui pourront vous être d’une grande aide !

Avant la rédaction 

Avant de commencer la rédaction, il faut avoir une idée assez précise de l’histoire, de l’intrigue mais aussi des personnages et des relations qu’ils entretiennent.

  • Il est important d’établir une liste des personnages et de leurs attributs. Ensuite, il faut les introduire à l’histoire en décrivant leur apparence, leur personnalité et leur caractère. Cela permettra au lecteur de se faire une idée sur les protagonistes et de mieux visualiser les actions.
  • Afin d’insérer des conflits ou des alliances au récit, il est nécessaire d’avoir une vision claire et précise des relations entre les personnages.
  • La visualisation des scènes d’action par l’auteur est primordiale : si ce dernier n’arrive pas à les visualiser, le lecteur n’y arrivera pas non plus. En revanche, si l’auteur arrive à se représenter l’action et les émotions qui peuvent s’en dégager, il lui sera facile de les retranscrire.

La rédaction 

À présent que vous avez une idée précise des relations entre les personnages et des scènes qui les accompagnent, vous pouvez commencer à écrire l’histoire. Pour vous aider lors de la rédaction de vos scènes d’action, voici quelques conseils :

Le choix des verbes

Vous pouvez utiliser des verbes d’action (aussi appelés verbes dynamiques) : ils expriment un acte, une activité, une action faite ou subie par un sujet.

Exemples :

  • Il affronte ses ennemis. L’action est faite par le sujet et le verbe d’action est « affronter ».
    • La maison a été peinte en rouge. L’action est subie par le sujet et le verbe d’action est « peindre ».

La longueur des phrases 

Varier la longueur des phrases peut créer un rythme rapide ou lent, en fonction de la scène qui se joue.

Les phrases longues comportant des descriptions ont tendance à ralentir le rythme de l’action. Les phrases courtes, quant à elles, donnent un rythme plus rapide. L’idéal est d’alterner entre les deux !

La ponctuation

La ponctuation est très importante puisqu’elle apporte un rythme au récit.

Un point peut mettre fin à un discours et des points de suspension peuvent laisser planer le doute… Ainsi, la ponctuation ne permet pas simplement d’apporter un rythme de lecture mais aussi de transmettre les émotions des personnages et les non-dits : un point d’exclamation peut exprimer, par exemple, la surprise ou le choc. Il peut apporter une intensité à la lecture et à l’action (mais il ne faut pas en abuser !)

L’accumulation

Cette figure de style consiste à énumérer des mots, des groupes de mots ou des phrases afin de créer un effet d’amplification. Elle peut être utilisée pour retranscrire une action.

Exemples :

  • Fatiguée, épuisée, exténuée, elle s’en va somnoler.
    • Elle lui demande ce qu’il a de plus beau, de plus précieux, de plus exquis, afin de le lui dérober.

Les pensées, émotions et sentiments

Les pensées et les émotions des personnages sont un élément clé de l’histoire : que la scène se déroule dans un endroit paisible ou, au contraire, chaotique, les personnages ne sont pas dénués d’émotions et il est important de savoir les retranscrire. Ainsi, l’idéal est de jongler entre les descriptions scénographiques et contextuelles et les émotions que peuvent éprouver les personnages : ce sont ces éléments qui peuvent donner à l’action son réalisme et sa vivacité.

Le discours direct ou indirect ?

  • Dans un discours direct, les paroles sont retranscrites telles qu’elles ont été prononcées. Elles sont introduites par deux points et des guillemets.
  • Dans un discours indirect, les paroles sont rapportées en introduisant la proposition subordonnée « que » ou « de ». Les deux points et les guillemets sont supprimés.

Est-il plus adéquat d’utiliser le discours direct ou indirect pour introduire les actions ? Est-il plus approprié que les personnages expriment directement ce qu’ils ressentent ? Tout cela dépend uniquement de votre ressenti et de votre envie. Il n’y a pas de type de discours à privilégier. L’important est de conquérir le lecteur en choisissant les bons mots !

À présent, vous pouvez visualiser et entamer la rédaction de votre scène d’action !

Si vous avez fini de l’écrire, n’hésitez pas à nous l’envoyer !

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter nos articles sur la description des personnages et la description des lieux dans un roman.

Crédit image : pixabay


Partagez le contenu